Synode des jeunes
Echos de Mgr Kockerols

Mgr Jean Kockerols, évêque auxiliaire pour Bruxelles, représentait l’Eglise de Belgique au Synode sur la jeunesse qui réunit autour du pape François des évêques du monde entier. Pendant quatre semaines (du 3 au 28 octobre) les évêques se sont réunis sur le thème « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».

Rencontre post-synodale

Chers amis,

A l’issue du Synode des Jeunes à Rome, j’invite toute personne intéressée à un moment de rencontre pour vous partager cette belle expérience d’Eglise.
Je voudrais vous faire part des réflexions, des fruits et des pistes qui ont émergé de ce mois de travail. Vos questions et vos propres réflexions seront aussi les bienvenues.

Rendez-vous donc à l’église Notre-Dame du Finistère (Rue Neuve, 74 – 1000 Bruxelles), le vendredi 16 novembre de 20 à 22h !

Bien fraternellement,

+ Jean Kockerols
Évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles

Le blog en direct du synode de Mgr Kockerols : https://www.jeunescathos.org/fr/synodedesjeunes2018#Blog
Le site officiel du synode des jeunes : 
http://www.synod2018.va/content/synod2018/fr.html
La page Facebook : https://www.facebook.com/synod2018/


Article complet du Sarment

C’est le pape François qui a convoqué ce synode,  pour aider l’église à mieux accompagner tous les jeunes vers une vie joyeuse où ils puissent construire activement l’Eglise et la société : Un synode pour tous les jeunes  de la Terre.

Un Synode dont aucun jeune ne doit se sentir exclu ! Le Synode est le Synode pour tous et de tous les jeunes ! Les jeunes sont les protagonistes. « Mais également les jeunes qui se sentent agnostiques ?» Oui ! « Même les jeunes qui ont une foi tiède ? » Oui ! « Même les jeunes qui se sont éloignés de l’Église ? » Oui ! « Même les jeunes qui – je ne sais pas s’il y en a quelques-uns, peut-être il y en aura quelques-uns – les jeunes qui se sentent athées ? » Oui ! Chaque jeune a quelque chose à dire aux autres, a quelque chose à dire aux adultes, a quelque chose à dire aux prêtres, aux sœurs, aux évêques, au pape. Nous avons tous besoin de vous écouter !   (Source : discours du Pape aux jeunes du diocèse de Rome, 9 avril 2017)

Mais qu’est-ce qu’un synode ?
Le mot synode dans l’église signifie une assemblée consultative. La racine grecque du mot synode signifie : « marcher ensemble ». C’est le pape Paul VI, lors du concile Vatican II, qui a fait part de son intention de mettre en place un synode des évêques pour que les futurs papes puissent réunir des responsables ecclésiaux de différentes régions du monde, autour de sujets concernant l’Eglise entière. Ces assemblées générales ordinaires ont lieues tous les 3 ans . Le pape choisit un thème, établit un document préparatoire qui est envoyé aux églises locales, qui sont invitées à y répondre. Ce sont ces réponses qui constituent les bases du document de travail publié avant le synode.

Qui sont les participants ?
Participent au synode… les pères synodaux. Une majorité d’entre eux, 181 précisément, ont été élus par leurs conférences épiscopales respectives. Les autres, une quarantaine, ont été directement nommés par le Pape. Nouveauté du synode des jeunes, la présence de dix pères synodaux non-évêques, soit prêtres soit religieux (tel frère Aloïs, prieur de la communauté de Taizé, en France).  Enfin, il faut compter sur la cinquantaine d’auditeurs, hommes ou femmes, et la vingtaine d’experts qui proviennent du monde entier et qui travaillent dans le domaine lié au thème du synode.

Ce synode 2018 compte également de nombreux jeunes (36 précisément), le Saint-Père ayant exprimé dès le début son souhait d’impliquer directement les jeunes parce que le Synode n’est pas seulement pour les jeunes, mais aussi et surtout avec tous les jeunes. En tant qu’auditeurs, ils n’ont pas droit de vote, mais ils peuvent intervenir et participer aux groupes linguistiques qui travailleront à la rédaction du document final.

De Belgique, 4 représentants, dont Monseigneur Kockerols , évêque auxiliaire de Malines- Bruxelles, qui est aussi l’évêque référendaire pour la jeunesse.

Comment cela se passe-t-il ?
Le synode est ouvert avec une messe célébrée par le Pape. Ce dernier  a invoqué l’Esprit Saint afin qu’il permette à tous les participants et à tous les chrétiens en communion de prière de « réveiller et renouveler en nous la capacité de rêver et d’espérer » .  Puis, durant trois semaines et demie, l’assemblée synodale va travailler tous les jours, à l’exception du dimanche.   

Le texte qui sert de base aux travaux des pères synodaux s’appelle l’ « Instrumentum laboris ». Il  a été élaboré par un groupe d’experts, sur la base de cinq sources, dont les réponses au questionnaire en ligne adressé aux jeunes du monde entier (questionnaire auquel les jeunes de Forest ont bien sur répondu !).

Durant ces semaines s’alternent les assemblées plénières et les petits groupes de travail (les « circoli minori » (cercles mineurs) qui sont des groupes linguistiques où sont débattus les éléments de l’instrumentum laboris).

3 grandes phases 
Reconnaître : l’Eglise à l’écoute de la réalité.
« En cette Ière partie, nous sommes invités à écouter et regarder les jeunes dans les conditions réelles dans lesquelles ils se trouvent, et à considérer l’action de l’Église à leur égard. Il ne s’agit pas d’accumuler des données et des indications sociologiques, mais d’identifier les défis et les opportunités qui apparaissent dans les divers contextes à la lumière de la foi, en les laissant nous toucher en profondeur, de manière à donner une base concrète à tout le parcours qui suivra (cf. LS 15). » (Instrumentum Laboris, extrait du  numéro 4). Ont, par exemple, été abordés en « cercles mineurs » de travail, les enjeux de la transmission de la foi, les schémas familiaux multiples, du rapport au numérique, les défis face aux migrations, face à la globalisation ou à l’environnement…   

Interpréter : foi et discernement vocationnel (cette phase se termine. Les rapporteurs n’ont encore rien écrits à l’heure ou je termine mon texte).

 → Choisir : chemins de conversion pastorale et missionnaire (à venir ..)

À la fin du synode,  un rapport final sera rédigé. Ce texte sera soumis à l’approbation du Synode, « recherchant dans la mesure du possible l’unanimité morale », explique le cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire général du synode. L’idée est de faire du synode un outil plus réactif au service de l’Église, et encourager les structures ecclésiales à être « plus missionnaire », c’est-à-dire « plus sensibles aux besoins des personnes, plus ouvertes aux nouveautés qui se présentent, plus souples dans une époque de transformations rapides », a-t-il ajouté.

Bien sur, nous vous donnerons des échos de ce synode, mais j’espère que déjà dans les mois à venir , des pistes de réflexion vont jaillir, des intuitions se concrétiser , pour que des mises en pratiques concrètes soient mises en application, dans l’Eglise et en particulier dans celle de Belgique (et de Bruxelles).   

Et …cela ne peut se faire qu’avec le travail fourni actuellement à Rome, avec l’aide de l’Esprit Saint , et aussi grâce à la prière de toute l’Eglise.

Je vous invite donc … à prier !   

Marie de Wilde 

 

Prière du pape françois pour les jeunes en vue du synode des évêques 2018 sur le thème
« Les jeunes, la foi et le discernement des vocations »

Seigneur Jésus, ton Eglise qui chemine vers le synode Tourne son regard vers tous les jeunes du monde. Nous te prions pour qu’avec courage ils prennent en main leur vie, qu’ils aspirent aux choses les plus belles et les plus profondes et qu’ils conservent toujours un cœur libre.

Aide-les à répondre, accompagnés par des guides sages et généreux, à l’appel que tu adresses à chacun d’entre eux, pour qu’ils réalisent leur projet de vie et parviennent au bonheur. Tiens leur cœur ouvert aux grands rêves et rend-les attentifs au bien des frères.

Comme le Disciple aimé, qu’ils soient eux aussi au pied de la Croix pour accueillir ta Mère, la recevant de Toi en don. Qu’ils soient les témoins de ta Résurrection Et qu’ils sachent te reconnaître, vivant à leurs côtés, annonçant avec joie que Tu es le Seigneur.

Amen.
 

Retour sur l’intervention de Mgr Kockerols au synode
https://www.cathobel.be/2018/10/10/des-hommes-maries-appeles-a-la-pretrise-les-eveques-belges-y-est-favorables/

 

Synode des jeunes : « Vous n’avez pas de prix ! »
Grande fête de la jeunesse à rassemblé le samedi 6 Octobre, au Vatican

En marge du synode, une grande fête de la jeunesse a rassemblé le samedi 6 Octobre, au Vatican, plus de 7000 jeunes.

« PER NOI. Uniques, solidaires, créatifs »: c’est l’intitulé de cet événement organisé par le secrétariat général du synode et la Congrégation pour l’Education catholique, avec pour principal objectif d’impliquer un peu plus les jeunes dans le processus synodal en cours

Voici quelques « pépites » du discours du Pape : 

« Vous n’êtes pas des marchandises, vous n’avez de prix, vous n’êtes pas à vendre. Ne vous laissez pas séduire, ni acheter, ni asservir ».

« Soyez des jeunes en marche, en regardant l’horizon et non le miroir »; insistant aussi sur l’importance de la cohérence dans le témoignage chrétien, déplorant parfois une Eglise « qui prêche les Béatitudes, mais qui tombe dans le cléricalisme le plus scandaleux »

« Parlez avec les anciens, ce sont eux les racines de votre ‘concret’, de votre croissance »

« Les populismes sont un peu à la mode, mais cela n’a rien à voir avec la culture populaire qui s’exprime dans l’art, la science, la fête! » « Le populisme en revanche est le contraire de tout cela, c’est la fermeture sur un modèle. » Or quand nous sommes fermés, « nous sommes seuls et on ne peut avancer. Faites attention »

« Si les médias, l’utilisation d’internet te fait devenir liquide, arrête. Parce que s’il n’y a pas de concret, il n’aura pas d’avenir pour vous. »